Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Achtung, fertig, Charlie! (Mike Eschmann, 2003)

Auteur: 
Weber

Achtung, fertig, Charlie! Quelques réflexions autour d'un film suisse à succès

 

 

par Anne-Katrin Weber

 

 

En 2003, le Prix du Cinéma suisse fait grand bruit dans le milieu cinématographique. Vincent Pluss, "l’outsider" de la compétition, remporte le prix le plus important du cinéma suisse avec On dirait le Sud –tourné en un week-end par une équipe constituée d’amis du cinéaste, avec un budget très réduit. Mais l’année 2003 est aussi celle d’un événement qui tend à se situer à l’opposé du film de Pluss : Mike Eschmann réalise Achtung, Fertig, Charlie! avec un budget avoisinant les 2 millions de francs suisses, comédie sans prétentions artistiques mais conçue pour répondre aux attentes du public ciblé (et au-delà, si possible). Manifestement, l’équipe y est parvenu : Achtung, Fertig, Charlie! est le premier film suisse qui se range à la troisième place de la statistique de Procinema des meilleurs films au box-office. Les chiffres sont parlants : 529'496 spectateurs sont allés voir Achtung, Fertig, Charlie! en 2003. Seuls Matrix Reloaded (532 646 entrées) et la production Disney de l’année, Finding Nemo (899'143 entrées), ont dépassé ce nombre d’entrées. A titre de comparaison, nous pouvons relever que le deuxième film suisse le plus vu de l’année, Mais im Bundeshaus (Le génie helvétique, lauréat du prix 2003 dans la section documentaire), a attiré 84'653 spectateurs, soit moins d’un sixième d’entrées que pour Achtung, Fertig, Charlie!

 

Le succès de la comédie de Mike Eschmann est d’autant plus remarquable que les entrées ne concernent que la partie alémanique denotre pays : Achtung, Fertig, Charlie! n’est sorti en Suisse romande qu’en avril 2004, contrairement aux autres films mentionnés qui ont été projetés dans les trois régions linguistiques...

 

 

[A]