Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Das Fräulein (Andrea Staka, 2006)

Auteur: 
Boillat

L'art de la coupe. Note sur Das Fräulein d'Andrea Staka

 

par Alain Boillat

 

 

 

La dizaine de plans qui constituent le pré-générique du premier long métrage fort remarqué de la cinéaste Andrea Staka –un Léopard d’or a été décerné à cette coproduction helvético-germanique lors de la 59e édition du Festival de Locarno– nous montrent un bûcheron sciant les branches d’un arbre. Or ce n’est pas tant l’individu qui est mis en évidence que les ramures elles-mêmes qui, décontextualisées grâce à des plans rapprochés, symbolisent et annoncent le statut des trois émigrées dont le film nous contera l’histoire, elles aussi "coupées de leurs racines" après avoir quitté l’ex-Yougoslavie. Toutefois, comme cela sera le cas pour de nombreux motifs ultérieurs –le film présente toutes les garanties de "cohérence thématique" que l’on peut attendre d’un "film d’auteur", s’acquittant parfois presque trop bien de sa tâche–, ce n’est pas seulement la nature de l’objet représenté qui se pare d’un sens connoté, mais également la facture proprement dite de la représentation. En cette entame, alors qu’une branche est sur le point d’être sciée, retentit un craquement sec suivi par une brusque suppression de l’image et du son: les chants du pays natal que l’on entendait jusque-là s’interrompent subitement, à l’instant même où l’écran se fait noir.

 

La soudaineté de cette rupture marque plus généralement l’esthétique de l’ensemble de ce film où priment le fragment et la coupe. Ainsi n’est-ce probablement pas un hasard si la rencontre entre les trois femmes dont il conte l’histoire résulte d’une maladresse de l’une d’entre elles, Mila, qui, précisément, se fait une entaille au doigt avec un couteau. La coupe, c’est la souffrance de l’instant, mais aussi la persistance d’une cicatrice: les personnages que nous dépeint Staka sont confrontés, chacun à leur manière, à des souvenirs dont ils tentent de se défaire (ou avec lesquels ils renouent, à l’instar de Ruza qui, à la fin de son "parcours" dans le film, épingle au mur des photographies d’autrefois demeurées jusque-là enfouies dans une boîte). Lorsque Ruza se réveille au début de la séquence postgénérique (naissant au film comme le spectateur s’y immerge), elle se coiffe puis passe la main sur son poignet, où se dessine une marque laissée par le bracelet de sa montre. Littéralement, on nous signifie que les marques du temps s’inscrivent dans la chair même des personnages, d’où l’importance accordée par la cinéaste à la présence physique de ses actrices.

 

Oscillant entre l’oubli et la trace, entre les béances d’ellipses abruptes et la récurrence d’objets associés au passé, Das Fräulein concilie un montage parfois fortement exhibé avec une subjectivisation mise au bénéfice de la psychologie des personnages...

 

 

Textes écrits par Alain Boillat

Soleure 2006: un riche panorama sous le signe de la polémiqueLe hors-champ dans les films muets d’Allan DwanLocarno 2008: Retrospective Nanni Moretti, les premiers filmsIntroduction  Des films, un monde. Lectures de Star WarsDu personnage à la figurine : les produits dérivés de Star Wars comme expansion d’un universHors-vue, hors-champ, hors-film : In the Mood for Love et l’esthétique de l’occultationHavarie (Xavier Koller, 2005)Mon frère se marie (Jean-Stéphane Bron, 2006)Das Fräulein (Andrea Staka, 2006) Les reprises du dispositif narratif de Rear Window chez Brian De Palma Lenz (Thomas Imbach, 2006)L'éclatement du personnage chez Lynch. Les mondes possibles dans Lost Highway et Mulholland DriveEntretien avec Vincent Pluss et Laurent Toplitsch à propos de On dirait le SudLocarno 2008: Production internationaleEntre distance et immersion : des voix qui glissent sur le monde. Les locuteurs over dans les films de Terrence MalickMais im Bundeshuus (Jean-Stéphane Bron, 2004)Snow White (Samir, 2006)Au large de Bad Ragaz(Christophe Marzal, 2004) Au large d'une réception critique hostileLa mère (Antoine Cattin, 2008)La délogeuse (Julien Rouyet, 2008)Daytime Drinking (Noh Young-seok, 2008)Jeune homme (Christophe Schaub, 2005)Micha et la Révolution des roses (Christian Zeender, 2004) Le Soleil orange (Piotr Jaxa, Hanna Polak, Urszula Lesiak, 2006)Wer war Kafka? (Richard Dindo, 2005)Le Souffle du désert (François Kohler, 2005)La Petite dame du Capitole (Jacqueline Veuve, 2005)Ultima Thule (Hans-Ulrich Schlumpf, 2006)Trois vies et un seul cinéaste (Raoul Ruiz). Des récits singuliers qui se conjuguent au plurielNIFFF 2009: Shinji AoyamaLe déni de l’écrit à l’écran. L’écrivain, son oeuvre et l’univers filmiqueL'oeil d'Elephant: l'espace d'un regardL’inquiétante étrangeté du found footage horrifique : une approche théorique du programme « P.O.V » de l’édition 2012 du NIFFF La traduction audiovisuelle : contraintes (et) pratiques - Entretien avec Isabelle Audinot et Sylvestre MeiningerLe doublage au sens large : de l’usage des voix déliéesVersions originales ou doublées : le contexte suisse de l’exploitation – Entretien avec Cédric BourquardLe héros hollywoodien dans les mailles de la télésurveillance et dans la ligne de mire du drone

[A]