Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Die Vitusmacher – der Film zum Film (Rolf Lyssy, 2005)

Auteur: 
Porret

Der Vitusmacher de Rolf Lyssy

(Soleure 2006)

   

 

par Marthe Porret

 

 

Clin d’oeil de la part de celui qui réalisa en 1978 le plus gros succès helvétique à ce jour, le titre du dernier film de Rolf Lyssy, Die Vitusmacher, peut se traduire par Les Faiseurs de Vitus. On pourrait aussi –et à juste titre– le classer dans la catégorie des making-of. Mais ce ne serait pas faire honneur à ce documentaire passionnant.

 

Certes Lyssy nous livre l’historique de la production du dernier film de son compatriote et ami Fredi M. Murer (qui signa notamment en 1985 le très beau Höhenfeuer). Mais le lien de profonde amitié et de respect entre ces deux cinéastes suisses, ainsi que leur longue expérience professionnelle, font que, loin de "tuer la magie du cinéma" comme Murer le reproche en riant à Lyssy, le film nous happe très vite dans un processus créatif de haut niveau. On nous permet de voir par ailleurs à quoi ressemblent les coulisses d’un tournage helvétique aujourd’hui, ce qui n’est pas monnaie courante.

 

Avant tout, on découvre un Fredi M. Murer dont l’univers, mais aussi la simplicité, la gentillesse, l’intelligence et la modestie nous charment immédiatement. Au cours d’interviews en tête-à-tête avec Murer, on apprend que le scénario de Vitus a survécu à pas moins de trois échecs. Par ailleurs, Lyssy filme des artisans au travail : la costumière, le perruquier-coiffeur qui voit vieillir progressivement les acteurs, ou encore Pio Corradi, le chef opérateur et ami fidèle de Murer que ce dernier surnomme "le critique silencieux". Et on est frappé par l’attention calme et professionnelle avec laquelle chacun, attentif aux moindres détails, fait son travail. Puis on apprend au travers de Teo, le jeune prodige qui est effectivement un surdoué du piano, comment Murer dirige ses acteurs : les enfants, d’abord, qui ont cinq et douze ans respectivement; puis Bruno Ganz, dont la personnalité reste toujours aussi impressionnante. Mais surtout, les quelques images du film à venir nous laissent enthousiastes et impatients de découvrir le Vitus de Murer.

 

 

 

 

retour programmation Soleure 2006

 

 

[A]