Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Domaine privé (Rafaël Wolf, 2005)

Auteur: 
Pasche

Domaine privé de Rafaël Wolf (Soleure 2006)

 

par Raphaël Pasche

 

Ce moyen métrage à l’image extrêmement soignée offre un intéressant jeu sur les attentes du spectateur. De ce point de vue, l’intrigue basique de type thriller –une femme seule poursuivie dans sa grande maison par un inconnu– passe très nettement au second plan. La scène inaugurale de rupture entre Philippe Schutz et son épouse incite le spectateur à s’interroger sur les motivations des personnages. Quelques pistes sont suggérées et vaguement alimentées (adultère, lassitude, etc.), mais notre attention est très vite réorientée vers un questionnement sur l’image. En effet, le statut de l’homme qui harcèle Anna devient peu à peu problématique; cette figure menaçante se révèlera finalement n’être qu’une hallucination visuelle d’Anna. On en déduit dès lors que le mari a quitté sa femme parce qu’il ne supportait plus son délire paranoïaque. L’image continue néanmoins d’être présentée comme un leurre, cette fois sans la médiation de la subjectivité d’un personnage. Dans un décor à la réflexivité très marquée (miroirs, vitres, écrans), Anna tue un homme dont on ne peut déterminer s’il s’agit de l’inconnu ou du mari. Le film se clôt sur cette suspicion envers l’image où, grâce à un travail plastique élaboré, un signifiant n’est plus garant de l’unicité du sens.

 

retour programmation Soleure 2006

[A]