Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Entretien avec Christophe Marzal à propos de Au large de Bad Ragaz

Auteur: 
Bovier
Auteur: 
Chaperon

Retour à Bad Ragaz. Entretien avec Christophe Marzal

 

par François Bovier et André Chaperon

 

 

Le titre de ton film Au large de Bad Ragaz ne confine-t-il pas à l’oxymoron, en ce qu’il combine localisation géographique précise et une notion d’éloignement qui a plus à voir avec la mer qu’avec le milieu lacustre ?

 

J’ai eu l’idée de faire accomplir à mes personnages une traversée d’ouest en est de la Suisse après avoir constaté sur une carte qu’à partir du lac de Thoune il n’y a jamais plus de trente kilomètres entre deux lacs, et qu’il est donc possible de faire cette traversée en passant par les lacs, jusqu’à celui de Wahlen. Une fois là, j’avais deux possibilités, soit d’aller vers le Nord, en direction du lac de Constance, soit d’aller vers le Sud, vers Coire et Bad Ragaz. Le fait d’aller à l’Est est lié à un article de journal que j’avais lu (il y était question de caisses d’or immergées dans un lac autrichien), et qui est un peu le prétexte fictionnel du film. Il me fallait un lieu assez près de l’Autriche pour pouvoir imaginer qu’un camion ait pu se tromper à la frontière. Le nom de Bad Ragaz m’a aussi retenu pour sa sonorité que je trouve étonnante. "Au large", c’est prendre un terme marin pour un pays de lacs et de montagnes. (D’ailleurs, il n’existe pas de traduction en suisse allemand pour cette expression.) "Au large de Bad Ragaz" signifie pour moi un lieu dont on s’éloigne, qui pourrait tout aussi bien ne pas exister, qui disparaît bientôt à l’horizon pour ne plus être qu’un mirage, une utopie.

 

Tes personnages ne prennent-ils pas aussi le large par rapport à un programme narratif (retrouver l’or) qui fonctionne rapidement comme un MacGuffin hitchcockien ?

 

Au début, le film est « réaliste » ; et plus on avance, plus les personnages eux-mêmes perdent de leur concrétude, pour s’intégrer aux paysages et devenir de pures images. Le "prologue" du film, comme plongé dans les brumes de l’histoire, préfigure ce que va être la fin, beaucoup plus visuelle et fantasmagorique. Le début est plus réaliste. Je procède à la mise en place d’éléments fictionnels selon des mécanismes "connus" et relevant du thriller pour ensuite m’en délester progressivement.

 

 

 

Textes écrits par François Bovier - André Chaperon

Des stratégies artistiques du réemploi à l’outil de production Anna Sanders FilmsIndifférenciation et singularité dans les courts métrages de Dominique Gonzalez-FoersterA propos d’Anna Sanders : entretien avec Charles de MeauxDe l’art du portrait au documentaire ethnographique Fétiches et fétichisme, au nom de DieuDanger, chute de Dieu!Tod und Teufel: le receleur et la monnaie vivanteTwin Peaks. La loi des sériesLa relation audio-visuelle chez Stephen Dwoskin: immersion et artificeEntretien avec Stephen Dwoskin: filmographie commentée par l'auteurDu pont tournant à la vue panoramique : les dispositifs ferroviaires de Richard Serra et de Ken JacobsMontage vertical et montage horizontal chez Werner NekesHollis Frampton ou le hors-champ du cinéma : le projet MagellanHitchcock et l’art contemporain : Remake. A propos d’une bande vidéo de Pierre Huyghe« Le Nouveau Monde » ou la vie dans les bois : la culture du transcendantalisme dans les films de Terrence MalickLe théâtre performatif et les reportages de politique-fiction de Peter WatkinsEntretien avec Romed Wyder à propos de AbsolutEntretien avec Christophe Marzal à propos de Au large de Bad RagazVivre en paix (Antoine Cattin et Pavel Kostomarov, 2005)Tres Tristes Tigres, fourchelangues et contes à reboursEntretien avec Raoul RuizBukowski en abîme: de l’écrit à l’écran (à propos de Conte de la folie ordinaire, Marco Ferreri, et de Barfly, Barbet Schroeder)Regards sur l’impouvoir: le cinéma direct de Ruspoli, de la terre à l’asileLe théâtre performatif et les reportages de politique-fiction de Peter WatkinsLe langage de l’action politique dans La Commune (Paris, 1871) de Peter Watkins : selmaire et utopieDu cinéma à l’intermedia: autour de FluxusParacinéma, Flicker et 3D : entretien avec Ken Jacobs“Discours“ versus “médium” : entretien avec Malcolm Le GriceDoublage et détournement : « Un film peut en cacher un autre »Entretien avec Rolf Winnewisser Révolte et réclusion dans les premiers longs-métrages de Werner Herzog « Steve McQueen » au Schaulager, ou la multiplication des salles obscures dans l’espace du muséeCapitaine Thomas Sankara (2013) de Christophe Cupelin : archives et inconscient politiqueLe clivage du sujet, ou les exercices de style d’Arnaud DesplechinAutour de Pêche de nuit (1963) Entretien avec Tjerk WickyRené Vautier et le cinéma ouvrier : l’UPCB, une structure de production au service des « colonisés de l’intérieur »Entretien avec René Vautier : les résonances d’Afrique 50L’art bâtard de Bruce Conner : de l’assemblage au cinéma de démontageJoseph Cornell : le film de re-montage et la séance cinématographique comme forme de ready-made aidéCome Back, Africa (Lionel Rogosin, 1959) : « J’accuse…! » le système de l’apartheidLe « film-séquence », une pratique d’avant-garde à l’intersection du cinéma et de l’ethnographie

Sujet traité

Entretiens (14)
[A]