Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Ernie Gehr, Bon Voyage
Compte rendu d’exposition

Auteur: 
Baconnier
Auteur: 
Loup


Ernie Gehr, Bon Voyage

Compte rendu d’exposition


Par Jean-Michel Baconnier et Geneviève Loup

 

L’exposition intitulée Bon Voyage de l’artiste et cinéaste indépendant américain Ernie Gehr a eu lieu du 29  janvier au 26  avril 2015, au Centre d’Art Contemporain (CAC) de Genève. Cet événement nous donne l’opportunité de revenir sur le travail singulier de cet artiste et ceci au moins pour deux raisons prépondérantes : la première est que malgré la place importante que tient son travail dans le domaine du cinéma expérimental et de la vidéo, il est délaissé par la littérature spécialisée francophone (il est significatif à cet égard que le catalogue de l’exposition soit en anglais) ; la seconde est que l’exposition au CAC présentait des installations vidéo de l’artiste, format qu’il a peu pratiqué durant sa carrière, à l’inverse de la projection au sein d’un dispositif cinématographique. Selon le communiqué de presse publié par le Centre d’Art, ce serait même « la première exposition personnelle dans une institution d’art des films de Ernie Gehr », avec neuf installations vidéo présentées pour la première fois en Europe. Il est vrai que la rétrospective précédente organisée par le service de collection des films du Centre Pompidou en février  2015, et relayée par le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, prenait la forme de projections. Quoiqu’il en soit, Gehr réalise ses premières installations vidéo dès 1995 et ses œuvres ont été exposées aux Etats-Unis dans plusieurs institutions muséales telles que que le Museum of Modern Art, le Walker Art Center et le Whitney Museum of American Art.

            Cette quête d’exclusivité qui est l’apanage des espaces muséaux ne doit pas nous faire perdre de vue, qu’à bientôt 75  ans1, Gehr renouvelle sa pratique pour la faire évoluer en dehors des sentiers qu’il a frayés jusqu’ici. D’ailleurs, Gehr revendique son intérêt pour les propositions qui remettent en question les conventions et les attentes esthétiques qu’on peut entretenir à l’égard du cinéma2. Ainsi, Bon Voyage nous invite à découvrir d’autres territoires cinématographiques, au-delà de l’espace...

 

1Ernie Gehr est né en 1941 à Milwaukee (USA).

2Voir « Ernie Gehr in Conversation with Andrea Bellini », dans Ernie Gehr. Bon Voyage, Genève/Milan, Centre d’Art Contemporain Genève / Mousse Publishing, 2015, p.  12.

[A]