Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

The Giant Buddhas (Christian Frei, 2005)

Auteur: 
Porret

The Giant Buddhas de Christian Frei (Soleure 2006)

 

par Marthe Porret

 

 

Ce documentaire captivant, en compétition, aurait amplement mérité de recevoir le Prix du cinéma suisse 2006, section Meilleur documentaire, mais le choix du jury s’est porté sur Exit de Fernand Melgar. Christian Frei a pourtant fait le pari réussi de traiter un sujet – la destruction par les Talibans en 2001 des deux plus grands bouddhas en pierre du monde – non pas sur le mode du reportage classique, mais de lui insuffler la dimension épique d’une fiction. Les différents procédés, loin de simplifier ou d’enjoliver les événements, dramatisent des questions fondamentales qui apparaissent de la sorte au spectateur comme plus cruciales.

 

Le générique de The Giant Buddhas nous plonge dans des gravures magnifiques du XVIIIe ou XIXe siècle représentant les géants sculptés tels qu’ils fascinaient alors les Romantiques, tandis que la bande son puise des ambiances mystérieuses chez Philippe Glass, Arvo Pärt, Jan Garbarek ou encore chez Steve Kuhn qui signe la musique originale. Puis nous assistons au lever matinal d’une famille Hazara qui habite dans les anciens monastères taillés à même la falaise, sur le site des deux bouddhas géants. Nous voyons de nos yeux ce qu’il reste de Bamyian, ce centre bouddhique qui exista entre le IIe et le VIIe siècle. Puis très vite un narrateur en voix off va prendre en charge le récit par le biais de lettres adressées à une certaine Nelofar. Son but est de marcher sur les pas d’un moine chinois qui, en 675, décida de faire le pèlerinage jusqu’à Bamyian. C’est ce que fera en partie le film, lequel nous entraîne dans le désert de Gobi.

 

Mais Frei, ne négligeant aucune piste, interroge le journaliste d’Al Jazeera qui, déguisé en Taliban, filma en direct la destruction des deux statues. Enfin, c’est au tour du Prof. Tarzi, ancien chef archéologue en Afghanistan, de nous entraîner dans ses fouilles, à la recherche d’un troisième bouddha, couché celui-là, que le moine chinois a décrit de façon précise. Nous assistons à la découverte d’un visage sculpté qui laisse présager d’autres découvertes.

 

Finalement, et la boucle est bouclée, le personnage de Nelofar s’incarne bel et bien puisque nous rencontrons la jeune Afghane, installée au Canada. Celle-ci se rend à Kaboul pour constater le pillage archéologique et la destruction totale de sa ville natale, puis à Bamyian.

 

Christian Frei signe un film qui étourdit peut-être par la multiplicité de ses pistes, mais qui a une force d’attraction indéniable.

 

 

retour programmation Soleure 2006

[A]