Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

L’Enfant d’en haut (Ursula Meier, Suisse
France, 2012)

Auteur: 
Portmann

Récompensé en février 2012 au 62ème Festival international du film de Berlin où il a reçu un Ours d’argent (Mention spéciale du jury), L’Enfant d’en haut est le deuxième long-métrage de fiction pour le cinéma réalisé par Ursula Meier. Trois ans après Home (Suisse/France/Belgique, 2008) et onze ans après le court-métrage Tous à table (Suisse/Belgique, 2001), la réalisatrice franco-suisse semble ici s’être intéressée à un film « vertical », après s’être précédemment livrée à un exercice « horizontal ».

S’il est vrai que le titre du film déjà sous-tend une certaine notion de verticalité, puisqu’avec l’évocation d’un haut, un bas est implicitement posé, notons que le titre renvoie au moins à deux syntagmes proches : un premier d’ordre helvétique et topologique – le « Pays d’En-Haut », région montagneuse et touristique située dans les Préalpes vaudoises, ou plus généralement un lieu élevé (voire inatteignable) – et un second à connotation plus politique et sociale, faisant écho à la formule popularisée par Jean-Pierre Raffarin en 2002 (alors Premier ministre français) : « La France d’en haut / La France d’en bas » et qui charrie avec elle son lot de rhétorique populiste. L’inscription topologique a ceci d’intéressant qu’elle pose à la fois un registre géographique (montagnard ou en tout cas d’altitude) et merveilleux, voire mystique (celui d’un au-delà situé en hauteur). S’agit-il ainsi d’un enfant venu d’en haut, des étoiles, ou qui ambitionnerait d’« en être » ? L’origine mystérieuse de « l’enfant » se précise lorsqu’un personnage apprend (tout comme le spectateur qui ne l’aurait pas deviné) que celle qui prétend être sa sœur (sa « Sister ») est sa mère. Tout doute sur sa possible provenance sera dissipé lorsqu’elle annonce à son fils la raison de son existence, dans un dialogue plutôt percutant :

 - Je te voulais pas Simon.

 - Alors pourquoi tu m’as gardé ?

 - Pour pas être seule. Pour emmerder.

La distinction implicite entre deux mondes opposés de façon géographique et sociale (au sens spatial et figuré) apparaît concrètement dans le...

[A]