Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

L’Enfant d’en haut (Ursula Meier, Suisse
France, 2012)

Auteur: 
Portmann

Récompensé en février 2012 au 62ème Festival international du film de Berlin où il a reçu un Ours d’argent (Mention spéciale du jury), L’Enfant d’en haut est le deuxième long-métrage de fiction pour le cinéma réalisé par Ursula Meier. Trois ans après Home (Suisse/France/Belgique, 2008) et onze ans après le court-métrage Tous à table (Suisse/Belgique, 2001), la réalisatrice franco-suisse semble ici s’être intéressée à un film « vertical », après s’être précédemment livrée à un exercice « horizontal ».

S’il est vrai que le titre du film déjà sous-tend une certaine notion de verticalité, puisqu’avec l’évocation d’un haut, un bas est implicitement posé, notons que le titre renvoie au moins à deux syntagmes proches : un premier d’ordre helvétique et topologique – le « Pays d’En-Haut », région montagneuse et touristique située dans les Préalpes vaudoises, ou plus généralement un lieu élevé (voire inatteignable) – et un second à connotation plus politique et sociale, faisant écho à la formule popularisée par Jean-Pierre Raffarin en 2002 (alors Premier ministre français) : « La France d’en haut / La France d’en bas » et qui charrie avec elle son lot de rhétorique populiste. L’inscription topologique a ceci d’intéressant qu’elle pose à la fois un registre géographique (montagnard ou en tout cas d’altitude) et merveilleux, voire mystique (celui d’un au-delà situé en hauteur). S’agit-il ainsi d’un enfant venu d’en haut, des étoiles, ou qui ambitionnerait d’« en être » ? L’origine mystérieuse de « l’enfant » se précise lorsqu’un personnage apprend (tout comme le spectateur qui ne l’aurait pas deviné) que celle qui prétend être sa sœur (sa « Sister ») est sa mère. Tout doute sur sa possible provenance sera dissipé lorsqu’elle annonce à son fils la raison de son existence, dans un dialogue plutôt percutant :

 - Je te voulais pas Simon.

 - Alors pourquoi tu m’as gardé ?

 - Pour pas être seule. Pour emmerder.

La distinction implicite entre deux mondes opposés de façon géographique et sociale (au sens spatial et figuré) apparaît concrètement dans le...

[A]