Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

L’Escale, antichambre de l’existence (Kaveh Bakhtiari, Suisse
France, 2013)

Auteur: 
Bernasconi

L’Escale, antichambre de l’existence (Kaveh Bakhtiari, Suisse/France, 2013)

Par Carine Bernasconi

 

Présenté en première mondiale à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en mai 2013, L’Escale de Kaveh Bakhtiari, une coproduction entre la Suisse et la France, a bénéficié d’une diffusion remarquable puisqu’en dehors de sa sortie en salle1, il a été programmé dans de nombreux festivals : des festivals généralistes comme ceux de Rotterdam, la Rochelle ou Montréal (Festival du Nouveau Cinéma), ou des festivals spécialisés dans le documentaire comme Les Etats Généraux du film documentaire à Lussas, le Festival dei Popoli à Florence ou Dok Leipzig2. Cette pluralité des lieux de diffusion représente un indice fort quant aux qualités du film. Il est déjà rare qu’un documentaire soit présenté dans un festival où la fiction domine largement3, il est d’autant plus rare qu’il poursuive un parcours dans des festivals consacrés au documentaire de création4.

         Si la distribution d’un documentaire en salle est souvent liée au potentiel « médiatique » du sujet dont il traite ou au degré de sensationnalisme qu’il peut offrir, le fait que le film ait été présenté dans plusieurs manifestations spécialisées atteste d’une écriture cinématographique singulière, nonobstant le sujet dont il traite. Le thème de L’Escale – des migrants iraniens en transit se retrouvent bloqués à Athènes – porte, il est vrai, sur une certaine actualité, mais le film comprend des qualités et des particularités cinématographiques qui en font un objet appréciable dans le genre du documentaire de création : une œuvre dont la forme n’est pas subordonnée au sujet à filmer mais au regard singulier d’un cinéaste sur une réalité quelle qu’elle soit. C’est ce rapport au réel induit par l’écriture cinématographique documentaire qui guidera notre analyse.

 

La place du réalisateur : un étranger

Né à Téhéran, Kaveh Bakhtiari arrive en Suisse à l’âge de 9 ans ; après sa scolarité obligatoire, il étudie le cinéma à L’ECAL. Avant ce premier long...

 

1Le film est sorti en salle en France le 26  novembre 2013, en Suisse romande le 29  janvier 2014 et en Suisse alémanique le 13  février 2014.

2Le film ayant été présenté dans un grand nombre de festivals, nous ne retenons ici que les principaux.

3A cet égard, 2013 fut une année exceptionnelle puisque deux festivals importants, Rome et Venise, ont décerné leur récompense suprême à des documentaires dits de création : Sacro Gra (Italie/France) de Gianfranco Rosi à Venise et Tir (Italie/Croatie) d’Alberto Fazulo à Rome.

4La définition du documentaire de création étant assez floue, nous l’entendons ici en opposition au documentaire didactique ou pédagogique. Dans le documentaire de création, le sujet du film est pris en charge par le cinéaste, qui en propose une lecture ou une vision sans que la question de la soi-disant objectivité imputée au documentaire ne guide sa démarche.

[A]