Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

La forteresse (Fernand Melgar, 2008)

Auteur: 
Porret

LOCARNO 2008: FILMS SUISSES

 

 

Un goût sucré d'asile: La forteresse

 

 

par Marthe Porret

 

 

Récompensé par un Léopard d’or dans la catégorie "Cinéastes du présent" lors du dernier festival de Locarno, le documentaire de Fernand Melgar, La forteresse (2008), attire depuis un mois les spectateurs romands en nombre. En 2005, Melgar signait Exit – le droit de mourir dont le sujet "bouleversant" (Antoine Duplan) –l’existence d’une association d’aide au suicide en Suisse– avait fait couler beaucoup d’encre, au détriment toutefois d’une réflexion sur la démarche même du cinéaste et sur ses motivations profondes. (Voir notre article "Exit ou la fuite du point de vue", Décadrages n°7, 2006, pp.105-107) Alors qu’en est-il de La forteresse dont le sujet, là encore, pouvait difficilement laisser les spectateurs indifférents ?

 

Melgar a en effet réussi –chose assez remarquable en soi pour être soulignée– à pénétrer avec une caméra et un micro dans le Centre d’enregistrement et de procédure de Vallorbe qui héberge les requérants à l’asile suisse le temps de traiter leur demande. La politique suisse en matière d’asile, qui s’est encore durcie entre-temps, était à prendre avec des pincettes. Or force est de constater que le film fait l’unanimité, aussi bien du côté des employés de l’Office fédéral des migrations que du citoyen suisse moyen, toujours tiraillé entre la peur "de ne plus être chez lui" et celle de se voir taxer de raciste. Mais il plaît aussi au spectateur de cinéma régulier qui a l’habitude d’être ému et diverti pendant deux heures.

 

En réalité, cette belle unanimité tient au sujet lui-même et à certains choix formels du réalisateur : pas de micro tendu, ni de "scène volée". Sans commentaire ni musique, le film capte actions et conversations à distance respectueuse tandis que les personnes filmées ne semblent pas prêter attention à la caméra. Mais cette neutralité de ton –qui nous gênait précisément dans Exit– s’accommode parfaitement au propos du film qui est, nous semble-t-il, de dévoiler le plus simplement possible une réalité demeurée jusqu’ici bien mystérieuse. La question du point de vue, de fait, ne se pose pas car Melgar ne doit pas forcément prendre parti pour les uns ou les autres. Si les fragments de réalité ont certes été soigneusement sélectionnés et arrangés les uns par rapport aux autres, c’est avec intelligence. Ainsi, les séquences dédiées aux récits, souvent insoutenables, des réfugiés, évitent tout pathos. Filmés en champs/contrechamps équitables, les plans ne s’appesantissent jamais sur un visage. Lorsque le couple de Colombiens dont le fils a été sauvagement assassiné est auditionné et que nous entendons le récit du mari, le film a la décence de ne pas retenir celui de son épouse. En dehors des auditions, Melgar choisit de ne montrer que les actions quotidiennes que les employés du Centre prodiguent inlassablement aux réfugiés. Toute réflexion individuelle prise en aparté a été bannie. Par ailleurs, la dureté objective des lieux et de la situation vécue est magnifiquement rendue aux travers des images de Camille Cottagnoud d’une part (univers de béton quasi carcéral, paysages enneigés et silencieux), et dans le choix d’autre part d’utiliser à deux reprises les films en noir et blanc des caméras de surveillance extérieures pour montrer les "transferts" de réfugiés faits au petit matin dans l’urgence et l’anonymat.

 

Enfin, en écho à la "neutralité" du filmage, les "personnages" retenus tant parmi les requérants que parmi le personnel s’équilibrent eux aussi pour donner de l’asile une image très nuancée : les réfugiés de mauvaise foi, ceux qui ont vécu l’enfer mais qui restent dignes ou ceux qui ont perdu le goût de vivre alternent avec les aumôniers chaleureux mais un peu dépassés par la violence des destinées, les collaborateurs de l’ODM ni dupes ni cyniques ou encore le jeune "directeur" du Centre –sa fonction n’est malheureusement pas clairement présentée – qui, face à la caméra, remplit sur le terrain les fonctions respectives de tous ses collaborateurs, jusqu’à "usurper" la place d’un jeune père dont la femme vient d’accoucher. Mais comme tous sont traités par le film sur un pied d’égalité, celui-ci n’est jamais ridiculisé, même lorsqu’il assiste, probablement mal à l’aise, à une réunion de prières qui n’est pas sans rappeler Les maîtres fous (1954) de Jean Rouch.

 

Cependant La forteresse n’est pas dénué de facilités ni d’appels du pied en direction du spectateur –qui y trouve son lot d’émotions divertissantes– (le "gag" du spray désodorisant, de la botte en caoutchouc ou encore du fauteuil roulant par exemple). Par ailleurs, des sachets de sucre à l’effigie des "personnages" (en ombres chinoises et désignés par un prénom) font la promotion du film. Rozia, Yuri, Ardit, Fahad ou Anthony doivent-ils être considérés comme de simples produits dérivés
bons à jeter sitôt son café sucré ? Mais plus grave peut-être, ce même spectateur sort du film la conscience tranquille : les fonctionnaires de l’ODM font leur travail avec humanité, face à des réfugiés qui peuvent être touchants. Or la situation a changé depuis. La loi sur l’asile s’est en effet durcie depuis janvier 2008. Le film, bon enfant, ne reflète donc malheureusement plus forcément la réalité de notre politique d’asile.

 

 

 

retour programmation Locarno 2008

[A]