Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Locarno 2008: Retrospective Nanni Moretti, à l'envergure du personnage

Auteur: 
Ollivier

LOCARNO 2008: RETROSPECTIVE NANNI MORETTI

 

 

Une rétrospective à l'envergure du personnage

 

 

par Fanny Ollivier

 

 

 

Le Festival de Locarno s’est démarqué en 2008 par la rétrospective organisée autour de Nanni Moretti. Lors des dix années précédentes, le festival avait mis à l’honneur des réalisateurs tels que Marco Bellocchio (1998), Orson Welles (2005), et Aki Kaurismäki (2006), ou des thématiques particulières ("All That Jazz" en 2003, "Newsfront" en 2004, les grandes actrices italiennes en 2007). Bien évidemment, le traitement de tels thèmes ne pouvait être exhaustif. Quant aux programmes centrés sur une figure d’"auteur", ils se bornaient principalement aux oeuvres que les cinéastes avaient directement supervisées en tant que réalisateur.

 

Cette année, la rétrospective a surpris plus d’un habitué par sa diversité et son étendue. Les projections étaient organisées autour de cinq aspects :

  • - Nanni Moretti réalisateur (documentaires, longs et courts métrages de fiction),
    - Nanni Moretti producteur (et souvent acteur par la même occasion),
    - Nanni Moretti exploitant,
    - Nanni Moretti spectateur dans les années 1960,
    - enfin une catégorie regroupant quelques documentaires sur le personnage et son travail.

La rétrospective présentait ainsi l’intégralité de ce qui constitue son art, de la formation de son oeil cinéphile jusqu’aux oeuvres récentes en passant par les travaux d’autres cinéastes dont il a favorisé l’émergence grâce à sa salle de cinéma romaine ou grâce à sa société de production, la Sacher Film. Un festivalier zélé aurait ainsi pu consacrer ses journées à cet ouvrier versatile du cinéma italien, de 9h à 22h. On peut alors rêver un spectateur parfait, jamais épuisé ni lassé, qui reconstituerait petit à petit un portrait total de Nanni Moretti. Il pourrait alors véritablement entrer en dialogue avec le cinéaste et envisager l’avenir de sa création, comme le souhaite Frédéric Maire dans le catalogue. Ce voeu du directeur artistique du festival témoigne de sa volonté de perpétuer une tradition locarnaise : présenter des rétrospectives d’auteurs encore vivants pour permettre la rencontre entre réalisateurs et public. L’hommage prend en fait des airs de déclaration programmatique. Le festival met en avant des créateurs toujours critiques, envers la société autant qu’envers eux-mêmes, et la rétrospective reflète bien ce parti pris.

 

Certes garant d’une bonne publicité européenne, le choix de Nanni Moretti, auteur prolifique et actif, peut aussi s’expliquer d’un point de vue plus général. Le panel de films présentés toutes sections confondues est si étendu qu’il touche tous les domaines (géographiques, stylistiques, thématiques,…) de la planète Cinéma. Au fond, le festival veut montrer qu’il a les moyens d’honorer des créateurs actuels et qu’il peut représenter une plateforme de discussion privilégiée dans les débats culturels du temps. La rétrospective Nanni Moretti aura au moins prouvé que l’équipe du festival a les moyens d’effectuer un travail de premier ordre.

 

Il est aussi important de souligner la richesse de la rétrospective dans la perspective de l’avenir professionnel de Frédéric Maire en tant que futur directeur de la Cinémathèque Suisse de Lausanne (dès novembre 2009). La rétrospective Nanni Moretti va en effet de pair avec l’invitation de la Cinémathèque Royale de Belgique. Sa directrice, Gabrielle Claes, a eu l’occasion cette année de faire connaître certains trésors de sa cinémathèque (les films expérimentaux de Knokke le Zoute notamment). Maire a exprimé son désir de faire de l’invitation d’une importante cinémathèque mondiale une nouvelle tradition. Cette double programmation "historique" laisse présager de grandes choses pour l’avenir de la Cinémathèque suisse et un 62e Festival qui, on l’espère, sera lui aussi riche en (re)découvertes cinématographiques.


retour

[A]