Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Nicolas Bouvier, 22 Hospital Street (Christoph Kühn, 2005)

Auteur: 
Pasche

Nicolas Bouvier, 22 Hospital Street de Christoph Kühn (Soleure 2006)

 

par Raphaël Pasche

 

Dans le roman Le Poisson-scorpion, Nicolas Bouvier exprime son angoisse de ne pouvoir communiquer son expérience existentielle du voyage comme "leçon d’humilité" avec ceux qui ne l’auraient pas vécue. C’est de cette irréductible frontière entre extériorité et intériorité dont le cinéaste Christoph Kühn traite dans son film Nicolas Bouvier, 22 Hospital Street.

 

Pour découvrir l’écrivain-voyageur, Kühn filme le témoignage de ceux qui l’ont côtoyé et fait entendre la mélodie particulière de son texte. Sur le fond oppressant d’un monotone ronron de ventilateur et d’images de scorpions et d’insectes, la diction lente et tremblante de Bruno Ganz (Jean-Luc Bideau pour la v.f.) susurrant le texte de Bouvier nous fait littéralement plonger dans le corps et l’esprit malades de l’écrivain. Paradoxalement, alors que le texte à la première personne s’incarne dans cette voix, celle-ci tend à signifier la désincarnation, la dépossession de l’homme par lui-même; quelque chose de la perte d’identité dont parlait Bouvier. L’alternance de ce type de séquences avec les interviews des proches qui offrent un regard extérieur sur l’écrivain dialectise la relation complexe qu’entretiennent l’intériorité et l’extériorité dans l’oeuvre de Bouvier.

 

 

retour programmation Soleure 2006

[A]