Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Train et cinéma, n° 6, automne 2005

<i>Attention au départ! Prochain arrêt la Lune.</i> En train vers les... étoiles

Auteur: 
Ney

Cet article retrace l’imaginaire du train spatial, qui s’origine dans la littérature de science-fiction et qui traverse par la suite le cinéma. La thématique des voyages extraordinaires chez Jules Verne, qui est omniprésente dans les romans d’anticipation au XIXe et au début du XXe siècle, nourrit une large iconographie que le cinéma s’approprie. Ainsi, Méliès, avec Le Voyage dans la lune (1902) ou encore Le Voyage à travers l’impossible (1904), réactualise le motif du train lunaire à travers le genre du film d’animation.

Captain Deasy's Daring Drive (Emile Laust & W.R. Booth, 1903) et le cinéma des premiers temps en Suisse

Cet article, qui examine le cinéma des premiers temps en Suisse, établit un parallélisme entre les guides touristiques qui soulignent la beauté des paysages et le catalogage cinématographique des principales attractions naturelles. La bande Captain Deasy’s Daring Drive, tournée par les opérateurs Lauste et Booth en 1903 pour la Mutoscope & Biograph, est analysée dans le détail. Elle condense les éléments suivants: un site de renommée internationale, les Rochers-de-Naye; une infrastructure ferroviaire qui exploite le caractère panoramique du paysage; un exploit physique et mécanique, mettant en jeu une automobile sur une voie ferrée; ainsi qu’une opération publicitaire pour la région et le pilote britannique.

<i>Der kluge reist im Zuge</i>

Cet article retrace les campagnes publicitaires menées par les CFF, en se focalisation sur les films produits dans ce contexte depuis les années 1920. Le caractère spectaculaire de certaines lignes de chemins de fer en Suisse est exploité à traverses diverses vues, et ce dès le tournant du siècle (par exemple dans Zermatt: Panorama dans les Alpes, tourné par un opérateur Lumière en 1896 ou 1897). Les films produits par le Service de publicité des CFF à la fin des années 1920 exaltent la beauté du paysage suisse, invitant ainsi au voyage.

Vivre en paix (Antoine Cattin et Pavel Kostomarov, 2005)

Vivre en paix (2005) d'Antoine Cattin et Pavel Kostomarov se donne comme un document brut et non apprêté, alors que l'effet de réel y est toujours des plus construits. Ce film expose les stratégies formelles du cinéma direct avec les moyens ultra-légers de la vidéo.

<i>You Have a Train to Catch!</i> Notes sur le spectacle d’une masculinité aux prises avec la modernité

Auteur: 
Courcoux

Cet article, en mobilisant les outils d’analyse des études culturelles, déconstruit la figure du héros masculin dans de récents blockbusters américains (notamment Wild Wild West et Spider-Man 2). Ces films spectaculaires, mobilisant des séquences de poursuites ferroviaires, reconduisent différents stéréotypes, centrés autour de la représentation des différences de sexes, tout en mettant en jeu un fantasme de surpuissance technologique. Le motif du train est par la même occasion réinscrit dans l’imaginaire des pionniers américains, à la fin du XIXe siècle.

Du pont tournant à la vue panoramique : les dispositifs ferroviaires de Richard Serra et de Ken Jacobs

Auteur: 
Bovier

Cet article analyse les modalités d’appropriation du motif du train et du dispositif ferroviaire dans le cinéma expérimental et les films d’artistes. Trois œuvres sont examinées dans le détail : Railroad Turnbridge (1976) de Richard Serra, Disorient Express (1996) et The Georgetown Loop (1996) de Ken Jacobs. Serra monte sa caméra sur un pont tournant, effaçant tout trace d’opérateur humain dans l’expérience de perception mécanique qu’il propose.

Du Rail à La Roue

Auteur: 
Albera

Cet article retrace les mouvements complexes d’intrication entre livres et films dans les années 1920, en prenant comme objet d’analyse central La Roue (1922) d’Abel Gance. Le roman de Pierre Hamp, Le Rail, qui sert de point de départ au film, est ainsi envisagé dans sa dimension cinématographique, celui-ci faisant porter l’accent sur le monde du travail des cheminots.

Entretien avec Nicolas Humbert et Werner Penzel

Dans cet entretien, Humbert et Penzel relatent leur rencontre et leur travail avec le musicien Yusef Lateef dans Brother Yusef (2005).

La perception ferroviaire

Auteur: 
Belloï

Reprise de deux passages de l’ouvrage aujourd’hui épuisé de Livio Belloï, Regard retourné. Aspects du cinéma des premiers temps (2001). Le premier passage analyse la construction des vues marines et ferroviaires, qui se caractérisent par une structure attentatoire, adressant le regard du spectateur. Le second passage réinscrit la vue ferroviaire dans l’histoire de la représentation panoramique.

Les films de commande des CFF

Cet article retrace les campagnes publicitaires menées par les CFF, en se focalisation sur les films produits dans ce contexte depuis les années 1920. Le caractère spectaculaire de certaines lignes de chemins de fer en Suisse est exploité à travers diverses vues, et ce dès le tournant du siècle (par exemple dans Zermatt: Panorama dans les Alpes, tourné par un opérateur Lumière en 1896 ou 1897). Les films produits par le Service de publicité des CFF à la fin des années 1920 exaltent la beauté du paysage suisse, invitant ainsi au voyage. A partir des années 1940, ce sont les films de fiction qui deviennent le principal support de publicité pour les CFF.

[A]