Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Pepperminta (Pipilotti Rist, 2009): hypnose colorée entre vidéo et cinéma

Auteur: 
Rérat

Pepperminta: hypnose colorée entre vidéo et cinéma

 

par Mélissa Rérat

 

 

Pepperminta (2009) est le premier long métrage de la vidéaste suisse Pipilotti Rist. Présenté en salles de cinéma et en festivals, il est toutefois difficile de le considérer uniquement et entièrement comme cinématographique. Le malaise ou l’hésitation s’expliquent principalement par la carrière artistique de la réalisatrice et par le contenu, la structure et l’esthétique du film. Habituée aux expositions en galeries et en musées, Pipilotti Rist franchit la ligne de démarcation, certes de plus en plus fine et floue à l’heure actuelle, entre le monde de l’art contemporain et celui du cinéma. Comme elle le déclare dans le dossier de presse accompagnant la sortie du film, l’une de ses principales ambitions en s’essayant au cinéma était de toucher un public autre que celui de ses vidéos. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle abandonne le langage visuel et les thématiques qui lui sont chères. Pepperminta regorge de couleurs, d’images et de symboles rappelant plusieurs de ses oeuvres vidéo et installations. Pepperminta ne constitue pas tant un véritable saut dans le domaine du cinéma qu’une poursuite, une adaptation d’un univers artistique d’un médium à un autre, d’un dispositif à un autre. Pour ce faire, l’artiste a dû ne pas avoir peur de l’erreur. Ce sont le décalage, la faute, le flottement entre plusieurs médiums qui l’intéressent. Elle suit en cela le conseil prodigué à Pepperminta par sa grand-mère: "Fais toujours ce que tu n’oses pas et regarde ce qu’il se passe."

 

Le propos de la présente étude est tout d’abord de faire le point sur l’accueil mitigé du film et de retracer les raisons qui ont conduit à l’incompréhension d’une partie du public. Il s’agira de montrer comment un horizon d’attente trop rigide met à mal l’entre-deux dans lequel se place le film. Enfin, la présentation de la logique intertextuelle et intermédiale à l’oeuvre tant dans le long métrage que dans d’autres travaux de Pipilotti Rist permettra d’établir la spécificité de Pepperminta.

 

 

[A]