Dernier numéro

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (17)Critique de films (68)Entretiens (11)Festival (31)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Prouver et  jouir :  de  la  vidéosurveillance au happy slapping

Auteur: 
Freudiger

Prouver et jouir: de la vidéosurveillance au "happy slapping"

 

 

 

par Alain Freudiger

 

 

 

Au mois d’août dernier, la commune vaudoise de Lutry équipait ses préaux d’école de caméras de vidéosurveillance pour "lutter contre les incivilités". Quelques semaines plus tard, fin octobre, deux adolescents se faisaient agresser dans une cour d’école lausannoise par d’autres jeunes qui filmèrent la scène avec leur téléphone portable. Quel lien entre ces deux événements? A priori ils sont à l’opposé l’un de l’autre, mais la proximité spatiale (le préau d’école) et instrumentale (l’image enregistrée) appelle quelques réflexions.

 

 

Si "l’affaire" des caméras de vidéosurveillance de Lutry a rapidement pris de l’ampleur et nourri un vif débat sur plusieurs mois, ce débat portait surtout sur des aspects juridiques et sociologiques. Parallèlement, le phénomène que les médias ont baptisé "happy slapping", et qui consiste à agresser quelqu’un à plusieurs pendant qu’un des protagonistes filme la scène, a donné lieu à quelques analyses en tant que "phénomène de société". Etonnamment, dans les deux cas, on a très peu parlé des images tournées, et pas du tout du fait qu’il s’agissait, justement, d’images. C’est pourtant une question centrale, qui engage la pensée et la liberté, comme le relève Marie-José Mondzain :


  • « L’image s’offre à la vue et en ce sens ne peut jamais tromper personne. L’image n’est trompeuse que lorsqu’on ne sait plus qu’il ne s’agit que d’une image et rien d’autre. Si le producteur iconique crée les conditions de séduction ou de terreur qui induisent la cécité, c’est-à-dire la croyance substantielle, alors se pose la question de la liberté du jugement face aux visibilités.»

(Marie-José Mondzain, Le commerce des regards, Seuil, Paris, 2003, p. 25.)

 

Dans ce contexte, s’intéresser de plus près à ces phénomènes peut s’avérer judicieux...


 

[A]