Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Ryna (Ruxandra Zenide, 2006)

Auteur: 
Pasche

SOLEURE 2006: FILMS-CLES

 

 

Ryna ou l’oppression machiste

 

 

par Raphaël Pasche

 

 

Ryna vit à Sulina, une petite localité roumaine du delta du Danube. A 16 ans, alors que son rêve est de devenir photographe, elle doit se soumettre à son père qui la fait travailler comme mécanicienne dans son garage. La jeune fille subit son père qui la traite comme un garçon. Ainsi, après une flânerie volée dans les champs en compagnie de son appareil photo, Ryna doit revêtir sa grosse salopette enduite de cambouis et donner le change auprès de son père qui la croyait en intervention chez un client.

 

Ruxandra Zenide décrit la société machiste de cette région du bout du monde face à laquelle les femmes n’ont qu’une alternative: fuir ou subir. De structure linéaire et plutôt classique, la force du film tient dans le sentiment d’oppression qu’il impose de manière grandissante au spectateur. Cette humiliation touche à la féminité proprement dite de Ryna. Que ce soit le père qui lui rase les cheveux pour la protéger, le maire qui ose d’indécentes propositions, ou Micu, le jeune voyeur, tous la briment et la déshonorent.

 

L’histoire se déroule dans trois lieux principaux. La maison familiale d’abord où la mainmise du père s’affiche ouvertement. Il est le maître tout-puissant et le signifie clairement à sa femme qui s’efface – d’ailleurs, elle est significativement le seul personnage dont on ne connaît pas le prénom. Lorsqu’elle tentera de s’opposer à son mari, elle comprendra l’inanité de son geste et s’en ira rejoindre sa soeur à Bucarest. La route au milieu des champs, espace-frontière échappant aux interdictions, est au contraire le lieu où Ryna réussit à se soustraire à l’emprise du père. C’est derrière les buissons qu’elle flirte avec le postier, jeune homme que le père rejette. C’est sur la route aussi qu’elle improvise des séances de photographie avec son grand-père complice. Enfin, au bout de la route, troisième lieu, la ville. Ici la vie sociale bat son plein dans les cafés que Ryna fréquente cependant assez peu. Sa place est dans la voiture, où elle attend son père saoul pour le reconduire à la maison.

 

Le retour en boucle de ces trois lieux induit l’idée que la vie de Ryna se déroule en cercle fermé. Le traitement temporel des transitions entre les séquences, véritables glissements d’un lieu à l’autre, crée en outre le sentiment que cette ronde tragique s’accélère. Ainsi, Ryna s’embarque de jour dans la vieille Opel pour dépanner un client, et se retrouve au plan
suivant à attendre son père devant un café, de nuit, le moteur éteint. Du point de vue visuel, les deux images offrent certes un raccord sur la voiture, mais présentent un fort contraste entre la scène de jour et la scène de nuit. Zenide propose un type d’ellipse qui ne nous fait pas bondir, mais littéralement glisser d’un espace-temps à un autre. Entre rupture et continuité, le spectateur, livré à ce mouvement temporel accéléré, éprouve une sensation de déséquilibre sans pour autant perdre pied.

 

Un mouvement temporel centripète vient donc contredire la structure du film apparemment linéaire (elle ne comprend ni flash-back ni flash-forward). Dans un mouvement semblable, le chantage du maire se resserre sur Ryna en se faisant de plus en plus oppressant. Son père n’aura pas l’autorisation de garder ouverte sa pompe à essence, à moins que la jeune fille ne s’offre au maire. Mais alors que les pressions psychologiques se concentrent sur Ryna, celle-ci affirme plus que jamais sa volonté de vivre sa féminité. Au jour de la fête annuelle dans la grande ville voisine, elle cache ses cheveux rasés sous un turban et revêt une robe et des boucles d’oreilles. La légère teinte sépia qui unifie les images depuis le début du film est particulièrement travaillée dans ces scènes de nuit, venant souligner la couleur de peau basanée de l’actrice. Ce jour-là, Ryna est plus belle, et la fête plus folle. Mais un viol vient briser ce mouvement.

 

La scène du viol condense le resserrement tant psychologique que formel vers lequel s’avance le film. La mise en scène et le cadrage étouffent particulièrement le spectateur en plaçant au premier plan, au bord de la route, le père qui titube et s’effondre dans les buissons, alors qu’à l’arrière-plan, le maire abuse de Ryna dans la camionnette. A partir de ce point de non retour, nous assistons à l’effondrement de Ryna. Cette perte des illusions s’accompagne intelligemment d’une dégradation de la qualité de l’image.

 

Le premier long métrage de Ruxandra Zenide témoigne d’indéniables qualités formelles et dramatiques. Bien que d’une facture narrative assez simple, il met en scène des personnages complexes. Par exemple, le jeune chercheur français – initialement présenté comme tolérant et respectueux – dérange. Sous ses airs attentionnés, ce trentenaire ne vole-t-il pas son baiser à l’adolescente ? Les schémas proposés par Ryna s’avèrent plus nuancés qu’ils ne paraissent de prime abord.


retour programmation Soleure 2006

[A]