Dernier numéro

Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016 / printemps 2017

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (18)Critique de films (69)Entretiens (12)Festival (33)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Soleure 2006: un riche panorama sous le signe de la polémique

Auteur: 
Boillat

INTRODUCTION

 

Un riche panorama des productions helvétiques placé sous le signe de la polémique: regard sur la 41e édition des Journées de Soleure

 

 

par Alain Boillat

 

 


Le théâtre d'un débat

 

Festival de cinéma entièrement consacré aux productions helvétiques, les Journées de Soleure qui se déroulèrent du 16 au 22 janvier 2006 furent l’occasion de débats que n’ont pas manqué de relayer certains quotidiens suisses. Dans son discours d’ouverture, Ivo Kummer, directeur de cette importante rencontre cinématographique depuis seize ans, s’en est pris à la nouvelle politique de subventionnement esquissée par le chef de la Section cinéma de l’Office fédéral de la culture (OFC) entré en fonction le 1er octobre 2005, Nicolas Bideau, ancien ambassadeur et fils de l’acteur de La Salamandre et des Arpenteurs, ce dernier incarnant précisément le type de cinéma que les mesures prises par Berne tendront à évincer. Il ne faut cependant pas s’y tromper : ce que d’aucuns ont voulu faire passer pour une "querelle des anciens et des modernes" se résume en fait à la confrontation (nécessaire) de deux sphères qui ont souvent, du moins en Suisse, bien peu en commun: la politique et la culture. Nicolas Bideau s’est également exprimé à Soleure où il a tenu la première conférence annuelle de l’office qu’il dirige, allocution destinée à la présentation officielle des nouvelles directives –émanant en première instance du conseiller fédéral Pascal Couchepin– concernant le financement public des films. Deux camps se sont ainsi formés: pour le dire de façon sommaire, nous avons d’un côté l’organe étatique qui prône un cinéma alliant succès populaire et "qualité", de l’autre les défenseurs du cinéma comme "art". Comme toute polémique, celle-ci a eu l’avantage de dégager certains objets de discussion, et de faire tomber quelques tabous. [...]


A propos de la cuvée 2005

Qui n’a jamais fréquenté les Journées de Soleure ignore peut-être que ce festival, à l’image de la production cinématographique suisse, est loin de n’être consacré qu’au cinéma, les réalisations (prioritairement ou exclusivement) destinées à une diffusion télévisuelle occupant une place importante, même là où on ne s’y attend pas (voir ci-dessous notre commentaire de Havarie). Offrir à de tels films, le temps de deux projections, un cadre de réception différent du visionnement individuel et de la banalisation liés au petit écran n’est pas sans intérêt. On regrettera par contre que cette quasi-omniprésence des standards télévisuels, renforcée par la généralisation de la DV, tende à déplacer le débat (par exemple lors des discussions entre le public et les cinéastes) vers des questionnements qui ont strictement trait aux sujets abordés par ces films, au détriment de la façon dont ils les traitent. A plusieurs occasions, on a vu la projection servir de tribune à une discussion sur des questions sociales (Sans toit, ni droit de Frank Preiswert et Roland Tillmanns), pédagogiques (Anti-Aggressivitäts-Training de Christa Ulli), voire musicologiques (Urs Peter Schneider: 36 Existenzen d’Urs Graf ). Or les réflexions émises dans ce cadre, en dépit de leur intérêt propre, présupposaient souvent l’évacuation d’une prise en compte du statut esthétique des films et de la démarche dont ils procèdent. Ce déplacement n’est pas un hasard: les réalisations présentant pour une grande part une facture audiovisuelle dépourvue de tout élément saillant, elles habituent le public des Journées à orienter son attention vers autre chose… que le cinéma! [...]

 

-> SOLEURE 2006: FILMS-CLES

-> SOLEURE 2006: AUTRES FILMS

 


Rétrospective Maximilian Schell

Si la très grande majorité des films présentés à Soleure ont été réalisés dans l’année qui précède l’édition des Journées, un regard y est néanmoins porté sur le passé avec d’une part les copies restaurées labellisées "Sorties du labo" de la Cinémathèque Suisse (voir à cet égard l’article d’Alain Freudiger sur Gilberte de Courgenay), d’autre part à travers une rétrospective. Les organisateurs ont eu l’heureuse initiative de la consacrer cette année à Maximilian Schell, un "Suisse" qui jouit d’une réputation internationale (principalement) en tant qu’acteur et réalisa également six longs métrages de cinéma, tous projetés à Soleure. Outre six films dans lesquels Schell a joué, dont Le Jugement à Nuremberg (Stanley Kramer, 1961) qui lui valut un Oscar, nous avons pu redécouvrir durant ces Journées l’oeuvre d’un cinéaste de talent dont la sensibilité littéraire et la fibre dramaturgique contribuent à une exploitation productive et personnelle du langage cinématographique. [...]

 

 

Textes écrits par Alain Boillat

Soleure 2006: un riche panorama sous le signe de la polémiqueLe hors-champ dans les films muets d’Allan DwanLocarno 2008: Retrospective Nanni Moretti, les premiers filmsIntroduction  Des films, un monde. Lectures de Star WarsDu personnage à la figurine : les produits dérivés de Star Wars comme expansion d’un universHors-vue, hors-champ, hors-film : In the Mood for Love et l’esthétique de l’occultationHavarie (Xavier Koller, 2005)Mon frère se marie (Jean-Stéphane Bron, 2006)Das Fräulein (Andrea Staka, 2006) Les reprises du dispositif narratif de Rear Window chez Brian De Palma Lenz (Thomas Imbach, 2006)L'éclatement du personnage chez Lynch. Les mondes possibles dans Lost Highway et Mulholland DriveEntretien avec Vincent Pluss et Laurent Toplitsch à propos de On dirait le SudLocarno 2008: Production internationaleEntre distance et immersion : des voix qui glissent sur le monde. Les locuteurs over dans les films de Terrence MalickMais im Bundeshuus (Jean-Stéphane Bron, 2004)Snow White (Samir, 2006)Au large de Bad Ragaz(Christophe Marzal, 2004) Au large d'une réception critique hostileLa mère (Antoine Cattin, 2008)La délogeuse (Julien Rouyet, 2008)Daytime Drinking (Noh Young-seok, 2008)Jeune homme (Christophe Schaub, 2005)Micha et la Révolution des roses (Christian Zeender, 2004) Le Soleil orange (Piotr Jaxa, Hanna Polak, Urszula Lesiak, 2006)Wer war Kafka? (Richard Dindo, 2005)Le Souffle du désert (François Kohler, 2005)La Petite dame du Capitole (Jacqueline Veuve, 2005)Ultima Thule (Hans-Ulrich Schlumpf, 2006)Trois vies et un seul cinéaste (Raoul Ruiz). Des récits singuliers qui se conjuguent au plurielNIFFF 2009: Shinji AoyamaLe déni de l’écrit à l’écran. L’écrivain, son oeuvre et l’univers filmiqueL'oeil d'Elephant: l'espace d'un regardL’inquiétante étrangeté du found footage horrifique : une approche théorique du programme « P.O.V » de l’édition 2012 du NIFFF La traduction audiovisuelle : contraintes (et) pratiques - Entretien avec Isabelle Audinot et Sylvestre MeiningerLe doublage au sens large : de l’usage des voix déliéesVersions originales ou doublées : le contexte suisse de l’exploitation – Entretien avec Cédric BourquardLe héros hollywoodien dans les mailles de la télésurveillance et dans la ligne de mire du drone

[A]