Dernier numéro

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (25)Critique de films (74)Entretiens (13)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Trois figures, une forme
Étude des discours portant sur la sortie de Les Voyages extraordinaires d’Ella Maillart, Bis ans Ende der Traüme et Yvette Z’Graggen : une femme au volant de sa vie

Auteur: 
Morerod

 

Par Adèle Morerod

 

« La mémoire est œuvre de fiction. »

En l’espace d’à peine une année se sont succédés, sur les écrans suisses, trois films retraçant trois vies : Les Voyages extraordinaires d’Ella Maillart (Raphaël Blanc, CH, juin 2017), Bis ans Ende der Traüme, sur l’histoire d’amour houleuse entre Katharina von Arx et Freddy Drilhon  (Jusqu’au bout des rêves, Wilfried Meichtry, CH, février 2018) et Yvette Z’Graggen: une femme au volant de sa vie (Frédéric Gonseth, CH, mai 2018). On ne peut que remarquer cette soudaine mise en avant de figures féminines dans le champ cinématographique helvétique de ces dernières années. Ainsi, à travers des titres pour le moins lyriques, se lit une envie de mettre l’accent sur l’indépendance de ces femmes et, par celle-ci, sur leur actualité, qui légitime le fait d’en ériger encore aujourd’hui le portrait. 

            Toutefois, malgré la présence constante au générique de la RTS comme coproductrice, difficile de voir dans ces sorties un projet culturel global. En effet, rien dans les discours qui ont entouré la production et la diffusion de ce trio de films ne permet d’envisager une valorisation du patrimoine suisse, qu’il soit littéraire, historique ou artistique. Par ailleurs, au cours d’entretiens ou au sein des dossiers de presse, les réalisateurs affirment que la rencontre personnelle avec chacune de ces femmes est à l’origine de leur projet. Celle entre Wilfried Meichtry et Katharina von Arx remonte à 2011 et se concrétise déjà en 2015 avec un livre, qui servira de base au film. Pour Gonseth aussi, il s’agit d’un processus au long cours, puisqu’une première idée de documentaire avait été mise en route dix ans auparavant, avec Yvette Z’Graggen...

[A]