Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Ultima Thule (Hans-Ulrich Schlumpf, 2006)

Auteur: 
Boillat

SOLEURE 2006: FILMS-CLES

 


Ultima Thule, un documentaire serti dans la fiction

 

par Alain Boillat

 

 

Le dernier long métrage du cinéaste Hans-Ulrich Schlumpf, Ultima Thule (le titre renvoie à "la limite du monde", ce plus haut point où, dans la conception des Anciens, le voyageur sortait de cette "assiette" qui constitue notre planète), résulte d’une tentative quelque peu maladroite mais intéressante de réalisation d’une oeuvre hybride où la non-fiction (des vues grandioses tournées en Alaska) est en quelque sorte encapsulée dans une situation-cadre de type fictionnel où un homme d’affaires (Fred, interprété par Stefan Kurt), suite à un grave accident de voiture, tombe dans un coma qui le conduit à voyager dans des espaces mentaux. On pourrait dire que le cinéaste pousse un peu plus loin une formule de fictionnalisation de la non-fiction qu’un producteur comme Jacques Perrin a développée depuis une quinzaine d’années afin de permettre à des documentaires animaliers d’être diffusés dans le cadre de l’institution dominante du cinéma - les films qu'il produit - Le Peuple singe (Gérard Vienne, 1989), Microcosmos, le peuple de l’herbe (Claude Nuridsany et Marie Perennou, 1992) et Le Peuple migrateur (Jacques Perrin, Michel Debats et Jacques Cluzaut, 2001) ne sont pas destinés à la chaîne Planète, mais aux salles de cinéma où ils rencontrent un succès énorme (ainsi lors de sa sortie en Suisse, Microcosmos se trouvait en seconde position du palmarès des entrées en salles, juste après le blockbuster hollywoodien Independence Day).

 

Or les expédients inventés par Schlumpf pour enrayer l’autonomisation des longues séquences ressortissant à diverses catégories documentaires (le film de voyage, animalier, scientifique, etc.) ainsi que le montage alterné qui introduit une piste narrative supplémentaire (consacrée à ce qui se passe dans la chambre de l’hôpital lorsque l’épouse du malade lui rend visite) ne font qu’afficher la disparité entre deux pratiques filmiques qui s’opposent à différents niveaux, le descriptif jouant contre le narratif, l’"attraction" des vues spectaculaires contre la narration des moments de mise en scène. La volonté un peu vaine d’inféoder les images documentaires au récit de fiction s’appuie parfois sur la mise en scène d’un regard diégétique aux capacités hypertrophiées. Il s’agit tout d’abord d’un aigle qui emporte avec lui l’"âme" du personnage et motive les vues aériennes; ensuite, d’un télescope astronomique qui introduit une série de photographies cosmiques; enfin, de jumelles qui médiatisent notre accès à différents animaux. Le champ/contrechamp constitue par conséquent le moyen privilégié d’insertion dans le documentaire d’un personnage de fiction, systématiquement assimilé à un sujet percevant.

 

Le montage ne constitue pas l’unique moyen pour rappeler en permanence la présence de l’être de fiction: comme les anges des Ailes du désir (Der Himmel über Berlin, Wim Wenders, 1987), le personnage s’exprime en voix-over et apparaît également en chair et en os dans certains paysages. Cette incarnation s’affiche comme un artifice destiné à maintenir la dimension fictionnelle, d’autant plus que le personnage se trouve parfois affecté par les conditions climatiques de son environnement, parfois non, et que l’acteur semble ne pas trop savoir pour quel jeu il doit opter. La narration s’effectue alors exclusivement par le biais du texte over qui nous conte à la première personne le passé du personnage, certaines expressions conduisant à métaphoriser la représentation visuelle simultanée dans une démarche qui se veut "poétique" (par exemple lorsque des gouttes de rosée font écho au mot "larmes"). Le retour aux origines de la vie sur la terre, suggérées par les étendues glacées et totalement inhabitées, occasionne une remise en question de la part du "héros" de son mode de vie, thématique récurrente dans les films suisses depuis Charles mort ou vif (Alain Tanner, 1969). Le courtier en bourse se souvient en effet de sa passion d’adolescent pour les sciences naturelles à laquelle il renonça au profit d’une profession plus lucrative.

 

Ce motif tout helvétique de l’aliénation par le milieu économique permet de développer l’identité du personnage et de conférer à ce voyage une dimension quasi mystique. Dès lors, la fin du film ne peut être qu’une renaissance. A nouveau, le souci de visualiser ce qui est dit, c’est-à-dire de rendre concret un univers mental peut faire sourire (n’est pas Resnais qui veut!), par exemple lorsque Fred retrouve, au milieu de nulle part, le sac à dos de son ancien professeur de géographie qu’il admirait. L’omniprésence du commentaire autobiographique over connaît un équivalent dans l’autre piste narrative, puisque l’épouse s’exprime également sur ce mode. Ce parallélisme nuit autant à la désincarnation de l’esprit du mourant qu’à l’inscription de la situation-cadre dans le quotidien de la vie de l’hôpital, puisque le cinéaste prend la peine de nous montrer le travail qu’effectuent les infirmières autour du patient immobile, c’est-à-dire la part "extérieure" des choses. Lorsqu’on entend la comédienne sangloter over, on se dit que ce procédé n’est peut-être pas le plus adapté à ce genre de situation. Oscillant entre l’incarnation et le pur espace mental, le documentaire et la fiction, le film de Schlumpf peut sembler bancal, mais il a néanmoins le mérite de proposer une stratégie de conciliation de la pratique documentaire, dominante en Suisse, avec le long métrage de fiction.


retour programmation Soleure 2006

Textes écrits par Alain Boillat

Soleure 2006: un riche panorama sous le signe de la polémiqueLe hors-champ dans les films muets d’Allan DwanLocarno 2008: Retrospective Nanni Moretti, les premiers filmsIntroduction  Des films, un monde. Lectures de Star WarsDu personnage à la figurine : les produits dérivés de Star Wars comme expansion d’un universHors-vue, hors-champ, hors-film : In the Mood for Love et l’esthétique de l’occultationHavarie (Xavier Koller, 2005)Mon frère se marie (Jean-Stéphane Bron, 2006)Das Fräulein (Andrea Staka, 2006) Les reprises du dispositif narratif de Rear Window chez Brian De Palma Lenz (Thomas Imbach, 2006)L'éclatement du personnage chez Lynch. Les mondes possibles dans Lost Highway et Mulholland DriveEntretien avec Vincent Pluss et Laurent Toplitsch à propos de On dirait le SudLocarno 2008: Production internationaleEntre distance et immersion : des voix qui glissent sur le monde. Les locuteurs over dans les films de Terrence MalickMais im Bundeshuus (Jean-Stéphane Bron, 2004)Snow White (Samir, 2006)Au large de Bad Ragaz(Christophe Marzal, 2004) Au large d'une réception critique hostileLa mère (Antoine Cattin, 2008)La délogeuse (Julien Rouyet, 2008)Daytime Drinking (Noh Young-seok, 2008)Jeune homme (Christophe Schaub, 2005)Micha et la Révolution des roses (Christian Zeender, 2004) Le Soleil orange (Piotr Jaxa, Hanna Polak, Urszula Lesiak, 2006)Wer war Kafka? (Richard Dindo, 2005)Le Souffle du désert (François Kohler, 2005)La Petite dame du Capitole (Jacqueline Veuve, 2005)Ultima Thule (Hans-Ulrich Schlumpf, 2006)Trois vies et un seul cinéaste (Raoul Ruiz). Des récits singuliers qui se conjuguent au plurielNIFFF 2009: Shinji AoyamaLe déni de l’écrit à l’écran. L’écrivain, son oeuvre et l’univers filmiqueL'oeil d'Elephant: l'espace d'un regardL’inquiétante étrangeté du found footage horrifique : une approche théorique du programme « P.O.V » de l’édition 2012 du NIFFF La traduction audiovisuelle : contraintes (et) pratiques - Entretien avec Isabelle Audinot et Sylvestre MeiningerLe doublage au sens large : de l’usage des voix déliéesVersions originales ou doublées : le contexte suisse de l’exploitation – Entretien avec Cédric BourquardLe héros hollywoodien dans les mailles de la télésurveillance et dans la ligne de mire du droneLes codes du western à l’ère du codage informatique : le jeu vidéo sur la piste du gunfighter cinématographique (Red Dead Redemption)Le Milieu de l’horizon, de Roland Buti à Delphine Lehericey : l’adaptation au prisme du genre« Un film s’écrit à chaque étape » : entretien avec la réalisatrice Delphine Lehericey à propos du Milieu de l’horizon (2019)

[A]