Dernier numéro

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (17)Critique de films (68)Entretiens (11)Festival (31)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Un vivant qui passe (Claude Lanzmann, 1997)

Auteur: 
Freudiger

La place de l'Helvète

Considérations sur Un vivant qui passe

 

 

par Alain Freudiger

 

 

Réalisé par Claude Lanzmann en 1997, Un vivant qui passe n’a jamais été projeté en Suisse –à une exception notable. Cela est d’autant plus surprenant que, outre l’importance majeure de Lanzmann comme réalisateur depuis Shoah (1985), ce film touche à des questions particulièrement cruciales pour la Suisse: la neutralité, la Croix Rouge, l’humanitaire, la non-implication… Il est possible que personne n’ait souhaité programmer ce film à sa sortie, puisque la Suisse était alors empêtrée dans la crise des fonds en déshérence. Pourtant, il constitue une excellente réponse au trop fameux "Auschwitz, ce n’est quand même pas en Suisse!" de Jean-Pascal Delamuraz. Alors, suite à sa projection lors de la soirée spéciale qui a eu lieu à la Cinémathèque suisse, il est temps de se pencher sur ce film; car si Auschwitz n’est pas en Suisse, un Suisse a été à Auschwitz et s’est entendu dire que le "travail" qui s’y faisait ferait la reconnaissance de toute l’Europe.

 

Constitué de matériau tourné à l’origine pour Shoah –un entretien avec Maurice Rossel4 et des plans de Theresienstadt– Un vivant qui passe est pourtant devenu un film à part entière: sa séparation d’avec Shoah répond non seulement, comme le dit Lanzmann, à l’aspect "à la fois central et latéral" de Theresienstadt, mais marque également l’apparition d’une nouvelle "figure" dans l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe:

"l’Helvète" (c’est ainsi que Rossel se nomme lui-même), à la fois observateur naïf et dupe consentante...

 

 

[A]