Dernier numéro

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (17)Critique de films (68)Entretiens (11)Festival (31)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Urgence et permanence du document Züri brännt (collectif Videoladen, 1980)

Auteur: 
Freudiger

Quand Zurich brûlait. Urgence et permanence du document Züri brännt

 

 

par Alain Freudiger

 


 

 

Etrange objet que Züri brännt (collectif Videoladen, Suisse, 1980). Ce film met en images, en sons et en paroles la révolte de la jeunesse zurichoise au cours de l’année 1980, "événement fondateur" qui posera les bases durables d’une nouvelle donne sociale et culturelle, à travers la dynamisation de la scène underground ou alternative zurichoise, la transformation de la politique culturelle de la ville et l’établissement de quelques lieux parmi les plus emblématiques de Zurich, comme la Rote Fabrik. Mais le film, lui, a été réalisé très peu de temps après le début des événements, quelques mois, comme dans une urgence – il a été montré pour la première fois en novembre 1980. De ce fait, il supporte (ou apporte) plusieurs niveaux de lecture, en constituant à la fois un témoignage, un documentaire, et un film de "propagande" (agit-prop ou cinéma direct). Cette urgence à exercer une influence, à documenter et à témoigner, même si paradoxalement il y a peu de témoignages verbaux dans le film, provient sans doute d’une volonté de s’élever contre la censure – des images tournées par des étudiants de l’Université de Zurich durant la manifestation du 30 mai seront interdites par l’exécutif zurichois – et de faire entendre une contre-voix – le traitement des événements par les médias, et singulièrement par la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), le quotidien phare de Zurich, est vivement critiqué. En outre, au moment où le film s’achève, le mouvement et les questions qu’il soulevait n’avaient pas encore trouvé d’issue : le film se termine d’ailleurs sur une sorte de non-fin, pause ou suspension.

 

Mais s’il y avait clairement la volonté de peser sur le débat avec la réalisation d’un film politique ou d’un "pamphlet", le souci formel et esthétique était également très présent, puisque sur bien des aspects, à commencer par l’utilisation de la vidéo – dont les avantages en termes de maniabilité, de rapidité (visible le soir même: brèche dans le monopole de la TV sur l’actualité) et de coûts sont évidents –, Züri brännt se montre novateur dans la production cinématographique suisse. Et si tout cela était juste une fiction, une histoire ?

 

 

[A]