Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Visions du réel 2011: Né sous Z de Frédérique Pollet Rouyer

Auteur: 
Darricau

Enjeux d'histoire(s): Né sous Z

Tout sur Robert (ou presque)

par Jennifer Darricau

 

 

Après avoir reçu une mention spéciale au festival Visions du Réel dans la catégorie "Regards neufs" pour Dix-huit ans en 2009, la cinéaste Frédérique Pollet Rouyer revient à Nyon pour présenter, en avant-première, son dernier film: Né sous Z. Au programme de la compétition internationale, la première projection publique de Né sous Z s’est faite en présence de la réalisatrice qui animait un débat sur son film en fin de séance. Le film retrace le parcours de Robert dont la recherche des origines familiales permet de rendre compte de l’histoire coloniale française et – telle est du moins la finalité exprimée par la réalisatrice – de son impact sur la situation sociale et culturelle d’aujourd’hui.

 

Né d’un soldat français et d’une mère vietnamienne pendant la guerre d’Indochine, Robert est l’un des 5000 petits Eurasiens "rapatriés" en France suite à la défaite de Diên Biên Phu en 1954. A cinquante ans, après des années de recherches, sa famille française le retrouve. Robert part alors en quête de son histoire personnelle, qui commence en France. Il cherche à reconstituer son parcours à partir du moment où, âgé de huit ans au Viêtnam, il a été arraché à sa mère, jusqu’à son arrivée en France lorsqu’il fut placé dans un foyer d’accueil. Pour ce faire, il se rend dans des lieux d’archives et recueille divers témoignages. Puis, dans la seconde partie du film, il se rend au Viêtnam dans l’espoir de retrouver sa mère.

En s’appuyant sur une histoire individuelle, le documentaire aborde les rapports des soldats français avec les femmes indigènes – aspect encore peu traité de la guerre du Viêtnam – et la composante raciale de l’idéologie coloniale. Les enfants nés de ces "unions" sont le fruit de la colonisation, et leur parcours de vie en découle. Robert est un cas parmi tant d’autres : partant sur les traces de sa propre histoire au travers du film, il met toutefois au jour tout un pan de l’histoire de France. Le déclic se fait chez lui au moment des retrouvailles avec sa famille française car, jusque-là, il avait en quelque sorte tiré un trait sur son passé. La démarche de la réalisatrice, qui accompagne Robert dans les recherches qu’elle a en partie instiguées, s’apparente à celle d’un historien, dont l’enquête permet d’inscrire la mémoire individuelle dans l’histoire collective.

[A]