Dernier numéro

Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016

Suppléments en ligne

René Vautier se raconte, par Nicolas Pluet et Thierry Lauthelier, 2015(01/16)Entretien avec René Vautier Afrique 50, par François Bovier et Cédric Flückiger(10/15)Entretien d'Olivier Barlet avec René Vautier (1998)(10/15)Un son suivi des yeux – Entretien avec Tobias Madison par Jeanne Graff (10/14)Le défi de la performance pour l’image en mouvement (à propos de Mara Mattuschka), par Christa Blümlinger(03/13)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (17)Critique de films (68)Entretiens (11)Festival (31)Politique et institutions (12)Voir tous les articles

Anciens numéros

Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Vivre en paix (Antoine Cattin et Pavel Kostomarov, 2005)

Auteur: 
Bovier
Auteur: 
Chaperon

Vivre en paix

Le meilleur des mondes possibles

 

 

par François Bovier et André Chaperon

 

 

 

Vivre en paix (Antoine Cattin et Pavel Kostomarov, 2005), c’est ici ce à quoi aspirent en vain les seules figures identificatoires du film. Il s’agit de deux Tchétchènes, un homme et son fils (Sultan et Apti), qui se retrouvent dans un kolkhoze en Russie, après que leur ferme a été bombardée. Les autochtones non seulement les exploitent, mais encore sont généralement vindicatifs à leur égard. L’un d’eux, sur le point de partir sur le front en Tchétchénie, prédit au plus jeune sa mort imminente, en dépit du refuge qu’il croit avoir trouvé sur terre russe. Les deux Tchétchènes sont les seuls à travailler, les gens du cru étant par trop alcoolisés : ils reconstruisent à eux seuls l’étable ; qui plus est, nous apprendrons qu’ils n’ont pas été payés pour leur tâche. Ainsi pouvons-nous résumer ce qui tient lieu d’intrigue au film.

 

Le plan d’ouverture allégorise la situation de départ du kolkhoze avant l’intervention de cette aide extérieure. Le champ est balayé du haut vers le bas, partant des cornes de vaches dans une étable (nous pouvons remarquer leur présence, alors que dans nos contrées les vaches sont généralement écornées de peur qu’elles ne se blessent dans l’espace confiné qui est le leur), jusqu’à leurs sabots enlisés dans un mélange de boue et d’excréments. Ce mouvement nie l’amplitude de l’espace censément à disposition et atteste bien, dans son caractère régressif, d’un état de déliquescence qui concerne l’ensemble de la Russie post-soviétique. Cet incipit, dont le caractère symbolique s’ancre dans la réalité la plus concrète, est à l’image d’un film qui se donne comme un document brut et non apprêté, alors que l’effet de réel y est toujours des plus construits, aussi bien en termes de mise en cadre que de montage. Il nous paraît pertinent de réactiver à ce propos la catégorie du cinéma direct qui n’est plus guère usitée aujourd’hui...

 

 

Textes écrits par François Bovier - André Chaperon

Des stratégies artistiques du réemploi à l’outil de production Anna Sanders FilmsIndifférenciation et singularité dans les courts métrages de Dominique Gonzalez-FoersterA propos d’Anna Sanders : entretien avec Charles de MeauxDe l’art du portrait au documentaire ethnographique Fétiches et fétichisme, au nom de DieuDanger, chute de Dieu!Tod und Teufel: le receleur et la monnaie vivanteTwin Peaks. La loi des sériesLa relation audio-visuelle chez Stephen Dwoskin: immersion et artificeEntretien avec Stephen Dwoskin: filmographie commentée par l'auteurDu pont tournant à la vue panoramique : les dispositifs ferroviaires de Richard Serra et de Ken JacobsMontage vertical et montage horizontal chez Werner NekesHollis Frampton ou le hors-champ du cinéma : le projet MagellanHitchcock et l’art contemporain : Remake. A propos d’une bande vidéo de Pierre Huyghe« Le Nouveau Monde » ou la vie dans les bois : la culture du transcendantalisme dans les films de Terrence MalickLe théâtre performatif et les reportages de politique-fiction de Peter WatkinsEntretien avec Romed Wyder à propos de AbsolutEntretien avec Christophe Marzal à propos de Au large de Bad RagazVivre en paix (Antoine Cattin et Pavel Kostomarov, 2005)Tres Tristes Tigres, fourchelangues et contes à reboursEntretien avec Raoul RuizBukowski en abîme: de l’écrit à l’écran (à propos de Conte de la folie ordinaire, Marco Ferreri, et de Barfly, Barbet Schroeder)Regards sur l’impouvoir: le cinéma direct de Ruspoli, de la terre à l’asileLe théâtre performatif et les reportages de politique-fiction de Peter WatkinsLe langage de l’action politique dans La Commune (Paris, 1871) de Peter Watkins : selmaire et utopieDu cinéma à l’intermedia: autour de FluxusParacinéma, Flicker et 3D : entretien avec Ken Jacobs“Discours“ versus “médium” : entretien avec Malcolm Le GriceDoublage et détournement : « Un film peut en cacher un autre »Entretien avec Rolf Winnewisser Révolte et réclusion dans les premiers longs-métrages de Werner Herzog « Steve McQueen » au Schaulager, ou la multiplication des salles obscures dans l’espace du muséeCapitaine Thomas Sankara (2013) de Christophe Cupelin : archives et inconscient politiqueLe clivage du sujet, ou les exercices de style d’Arnaud DesplechinAutour de Pêche de nuit (1963) Entretien avec Tjerk WickyRené Vautier et le cinéma ouvrier : l’UPCB, une structure de production au service des « colonisés de l’intérieur »Entretien avec René Vautier : les résonances d’Afrique 50

[A]