Dernier numéro

Abdellatif Kechiche, n° 43, printemps 2020

Suppléments en ligne

Le médium vidéoludique comme (générateur de) discours : retour sur le colloque international « Les langages du jeu vidéo »(06/20)La représentation de la masculinité dans les films américains ou comment dépasser le clivage entre les genres. Compte rendu de Charles-Antoine Courcoux, Des machines et des hommes : masculinité et technologie dans le cinéma américain(06/20)Une guerre sur les écrans ? Le cinéma en Suisse et la Première guerre mondiale. Compte rendu d’Adrian Gerber, Zwischen Propaganda und Unterhlatung. Das Kino in der Schweiz zur Zeit des Ersten Weltkriegs(06/20)Vues imprenables sur la critique ou quand des journalistes écrivent leur propre histoire. Compte rendu de Philipp Brunner, Tereza Fischer, Marius Kuhn (éd.), Freie Sicht aufs Kino. Filmkritik in der Schweiz(06/20)Festen (Cyril Teste, 2017), la fusion de deux arts(06/20)Voir tous les articles

Rubrique Suisse

Archives (11)Compte rendu (DVD, livres) (29)Critique de films (77)Entretiens (14)Festival (35)Politique et institutions (13)Voir tous les articles

Anciens numéros

Cinéma ethnographique, n° 40-42, automne 2019Jeu vidéo et cinéma, n° 39, automne 2018Lionel Rogosin, n° 37-38, automne 2017
printemps 2018
Cinéma de re-montage, n° 34-36, automne 2016
printemps 2017
Séries télévisées contemporaines, n° 32-33, printemps 2016Education au cinéma, n° 31, automne 2015René Vautier, n° 29-30, printemps 2015Arnaud Desplechin, n° 28, automne 2014Drones, cartographie et images automatisées, n° 26-27, printemps 2014Werner Herzog, n°25, automne 2013Le doublage, n° 23-24, printemps 2013Cinéma élargi, n° 21-22, hiver 2012Dossier: Peter Watkins, n°20, printemps 2012Autour d'Elephant de Gus Van Sant, n°19, automne 2011Mario Ruspoli et le cinéma direct, n°18, printemps 2011Les abîmes de l'adaptation, n°16-17, automne 2010Raoul Ruiz, n°15, automne 2009Cinéma et migration, n°14, printemps 2009Anna Sanders Films, cinéma et art contemporain, n° 13, automne 2008Fredi M. Murer, n° 12, printemps 2008Terrence Malick, n° 11, automne 2007La trilogie de Dieu de João César Monteiro, n° 10, printemps 2007Le monde de Star Wars, n° 8-9, automne 2006Stephen Dwoskin, n° 7, printemps 2006Train et cinéma, n° 6, automne 2005David Lynch, n° 4-5, printemps 2005Hitchcock côté cour, n° 3, printemps 2004Le hors-champ, n° 1-2, automne 2003

Entretien avec Nicolas Humbert et Werner Penzel

Auteur: 
Legast
Auteur: 
Porret

Entretien avec Nicolas Humbert et Werner Penzel

 

par Marthe Porret et Laura Legast

 

 

Réalisé le 23 avril 2005 à Nyon, dans le cadre du festival Visions du Réel

 

Werner Penzel, né en Allemagne en 1950, étudie le cinéma à la Hochschule für Film und Fernsehen de Munich, de 1971 à 1975. Né en 1958, le Suisse Nicolas Humbert le rencontre quelques années plus tard, y étant lui-même étudiant de 1982 à 1987. En 1987, tous deux fondent la maison de production Ciné Nomad et signent deux ans plus tard leur premier film commun : Lani und die Seinen. En 1990, ils réalisent Step Across the Border qui, projeté dans de nombreux festivals internationaux, remporte plusieurs prix. Suivent deux années de tournage auprès des Touaregs du Sud qui donneront Middle of the Moment, en 1995. Ils signent en 1997 Nulle Sonne. No Point, un documentaire consacré au Chicago Art Ensemble. Régulièrement en visite chez lepoète Robert Lax entre 1993 et 1999, ils lui consacrent une installation sur trois écrans : Three Windows, dont la version film s’intitule Why Should I Buy a Bed when All I Want Is to Sleep (2001).

 

WERNER PENZEL ET NICOLAS HUMBERT

Werner Penzel et Nicolas Humbert

 

En voyant votre dernier film, Brother Yusef (2005), on a eu l’impression d’un film-synthèse. On y retrouve à la fois votre intérêt pour la musique, que vous aviez si bien captée dans Step Across the Border, et une grande ressemblance formelle avec Three Windows…

 

Nicolas Humbert : Comme je l’ai dit après la projection, quand on choisit un thème, il y a déjà une certaine logique et une certaine esthétique dans ce choix. Nous ne nous sommes pas dit : maintenant nous voulons continuer dans ce type de film, cette esthétique, ce genre de thème. Mais bien sûr, il y a quelque chose de général qui nous préoccupe, certainement, oui. Si l’on regarde rétrospectivement son oeuvre, des choses se cristallisent, des traces restent. On peut tirer des liens entre Three Windows et Brother Yusef. Non seulement parce qu’il s’agit de deux hommes âgés, mais surtout grâce à cet espace intérieur qu’on essaie de rendre visible par des moyens cinématographiques. C’est notre revendication, je crois, d’être intéressés par quelque chose de profond, d’intérieur. Au début, il y a toujours une sorte de résistance, c’est cette sorte de tension qui nous intéresse et qui forme le film. Mais rien n’était sûr au début.

 

[A]